L'industrie du textile
Aug 22, 2021

En savoir plus sur la mission du consommateur

4 principes à mettre en place, non pas pour sauver le monde, simplement parce que c’est la base.

Ferdinand Goraguer
Ferdinand Goraguer

L’industrie du textile est très complexe car sa chaîne de production est longue. Entre la graine de coton et le consommateur final, le tissu va passer par de nombreuses étapes de fabrication. Là c’est pour la partie production, en partie déclenchée par une demande toujours plus élevée. C’est ici qu’intervient le consommateur final. Alors comment participer à cette industrie en ayant l'impact le plus neutre possible ?

Voici 4 principes à mettre en place, non pas pour sauver le monde, simplement parce que c’est la #base.


Acheter au prix juste

Partant du simple postulat qu’un tissu ne doit pas être conçu dans de mauvaises conditions (soyons optimistes : dans de bonnes conditions, durables !), le prix d’un produit correspond aux coûts de la chaîne de production : 

  • Matière première + filage + tissage + teinture
  • Prototypage du vêtement
  • Salaire des ouvriers
  • Coût de l'usine
  • Transport
  • Frais fixes de la marque (site internet, locaux etc.)
  • Marge pour développer de nouveaux produits
  • Frais de communication
  • TVA

Ça fait un paquet de frais, n'est-ce pas ? Notre objectif est de diminuer le nombre d'intermédiaires mais la majorité sont inévitables.


Entretenir les matériaux

La démarche est simple. Plus on prend soin du vêtement, moins il s’abîme, moins on le remplace. Indiquées sur les étiquettes, les consignes d’entretien ont un vrai rôle à jouer. 

  • À moins d’avoir couru un marathon (si c’est le cas, bravo !), un t-shirt peut être porté plus d’une fois.
  • Un lavage à 30 degrés avec une lessive naturelle permet aussi d’éliminer les tâches. En plus de ne pas embêter Nemo, c’est beaucoup moins irritant pour la peau.
  • Éviter la séchante (et là il y a une vraie économie, tant dans l'investissement de la machine, de place dans l’appartement ou la maison, que d’énergie à chaque utilisation). On est d’accord, ça demande un peu d’espace et de temps, mais on peut même y prendre goût ;)
  • Comme en pâtisserie, il y a une température à respecter. En plus de repasser à l’envers, il est important d’adapter la température du fer pour chaque tissu afin de ne pas brûler les fibres !

Adopter la slow fashion attitude

Heu, de quoi parle-t-on au juste ?

Consommer moins et mieux en pensant à la manière dont les vêtements sont produits. Acheter 15 t-shirts neufs de mauvaise qualité à 7€ coûte autant que d’en acheter 3 neufs de bonne qualité à 35€. La différence est qu’ils respectent les travailleurs et la planète. Cependant, attention à ne pas payer le prix fort pour une qualité douteuse. Se référer est déjà un premier signe de confiance.

Pourquoi ne pas continuer à partager des souvenirs avec tes vêtement ? Tu n’aimes pas le t-shirt souvenir reçu en cadeau ? Sous un pull, il est toujours plus utile qu’au fond du placard !


Revaloriser ce qui traîne dans les placards

En moyenne, 70% de la garde-robe n’est pas utilisée. C’est au moins 70 idées de revalorisation : ce qui est en bon état peut être revendu en friperie, sur Vinted ou autres plateformes, donné à des associations, au petit cousin ou à la sœur du voisin du facteur. Bref, ça ferait le bonheur de beaucoup de monde. Pour ce qui est en moins bon état ou abîmé, il est possible de le rafistoler, le recycler ou lui donner une autre utilisation. Pourquoi ne pas laver les carreaux avec ce pyjama qui a connu la coupe du monde 1998 et a servi loyalement tous les hivers pendant plus de 20 ans ?


Alors, prêt.e à relever le challenge ?

Rachel Lindsay Dog GIF by The Bachelorette


Rejoignez la Tribu de Paris

En vous abonnant à notre newsletter